lundi



Le Cid de Pierre Corneille
récité par Bertrand Brouder

Dans cette récitation du Cid, le spectateur est convié à entrer dans une pièce dont il pense avoir déjà des clés. Quelques vers sont célèbres, ont été appris à l’école ou restent en mémoire sous la forme d’interprétations fameuses. Ici, il n’y a pas de décors, de jeux de scène ou de regards. La même voix interprète tous les rôles, et le spectateur s’identifie à tous les personnages. 

Le premier acte est une sorte de résumé de culture française dans lequel on entre avec confort et une légère distance. Peu à peu, le spectateur se met à contrôler cette distance, à diminuer à volonté l’écart qui sépare ses émotions de celles des personnages, jusqu’à ne faire qu’un avec eux dans la culmination  sublime de la scène d’amour de Rodrigue et Chimène qui clôt le troisième acte.

les trois premiers actes de la pièce / durée 70 minutes



 « Dans les trois premiers actes du « Cid » de Corneille, Bertrand Brouder est à lui tout seul toutes les voix, toutes les expressions. Plus que la prose où le récitant trouve toujours le moyen de se rattraper, l'alexandrin classique est un cadre dont il est très, très difficile de s'échapper. Avec une concentration intense et permanente, une connaissance parfaite du texte, Bertrand Brouder a récité et vécu dans le ton, le rythme, un des plus beaux textes de la langue française. Une  soirée comme celle-ci est un échange intense que les personnes présentes ont eu plaisir à partager. »

Georges Durand, Sud-Ouest, 26/02/2013

Aucun commentaire: